TEDxRennes s’invite au coeur des prisons rennaises

Jan 2, 2020 | Actualités |

Fanny Dufour et Régis Bozec, respectivement présidente et business developer pour Bretagne ID Large, sont allés à la rencontre des détenus des centres pénitentiaires de Rennes pour leur présenter TEDxRennes et échanger avec eux sur le contenu de quelques talks. Un projet réalisé avec deux salariées de La Ligue de l’Enseignement : Alice Guibert, en charge des actions culturelles au centre pénitentiaire de Rennes-Vezin et Julie Girard, en charge des actions culturelles sur le centre pénitentiaire de Rennes. Pour mieux comprendre l’intérêt de ce projet et tout son potentiel, Alice Guibert répond à nos questions.

Atelier TEDxRennes au centre pénitentiaire de Rennes-Vezin

Comment est née la relation entre Bretagne ID Large, TEDxRennes et La Ligue de l’Enseignement ?

Bretagne ID Large a contacté directement le SPIP (service pénitentiaire d’insertion et de probation) et l’établissement pénitentiaire de Rennes (NDLR : la prison des femmes), qui les ont redirigés vers La Ligue et plus particulièrement vers Julie et moi.  En effet, notre mission au sein de celle-ci est de penser et déployer l’ensemble des activités socio-éducatives et socioculturelles pour les deux établissements de Rennes. Nous établissons une programmation sur l’année, dans laquelle nous proposons différents arts : des projets musicaux, d’autres autour du théâtre, du patrimoine ou encore de l’écriture. Et qui varient tous les ans. Bien sûr, nous nous appuyons aussi sur la programmation culturelle de la ville de Rennes pour proposer des activités en lien avec les événements locaux, comme pour les Transmusicales, mais aussi avec les actualités plus ponctuelles, comme avec la Coupe du Monde féminine. Notre but est vraiment de collaborer avec sur nos nombreux partenaires rennais (ex : Musée des beaux arts, Champs Libres, l’Opéra) pour faire entrer l’extérieur à l’intérieur et bâtir une programmation riche et diversifiée.   Quand Fanny nous a parlé du concept des conférences TED, nous avons donc assez vite validé ensemble l’intérêt potentiel des détenus, chez les hommes et chez les femmes, pour découvrir TEDxRennes, ainsi que la cohérence avec notre programmation !

 

Qu’apporte un projet culturel au sein des centres pénitentiaires ?

La culture en milieu pénitentiaire est pour nous un outil pour partager, discuter, être valorisé et disposer d’un peu de liberté. En effet, les détenus sont responsables de leur venue (ou pas) car les sessions sont sur inscription volontaire. Durant ces temps, ils peuvent échanger librement, travailler en groupe, s’écouter et échanger des idées. Enfin, ils peuvent y être valorisés dans leurs pratiques, que ce soit du théâtre, du dessin ou de l’écriture. La culture n’est pas une fin en soit en milieu carcéral, c’est vraiment un outil de partage et de discussion, qui peut aussi apaiser les tensions et permettre aux détenus de prendre un peu plaisir dans ce lieu qui ne s’y prête pas vraiment.

Bionico Hand – Vidéo présentée au centre pénitentiaire de Rennes-Vezin

Et en quoi TEDxRennes s’inscrit-il dans le programme culturel que vous proposez aux détenus ?

Outre les projets culturels et artistiques, nous aimons intégrer à nos programmes des projets socio-éducatifs et socioculturels, particulièrement propices à l’ouverture de débats. C’est ce qui nous a conduites à nous intéresser de près à la proposition de diffusion de vidéos TEDxRennes. En effet, la variété des sujets abordés allait, selon nous, permettre l’expression des personnes incarcérées. Qu’elles soient d’accord ou pas avec les points de vue avancés dans les vidéos, elles peuvent s’exprimer, donner leur avis et avoir un regard critique sur le sujet. Mais aussi découvrir des projets novateur et pourquoi pas avoir envie à leur tour de s’investir dans différents domaines. 

 

Comment le projet a-t-il été accueilli et vécu par les détenus ?

Une fois le contexte et le concept exposés par Régis et Fanny, le format était le suivant : une vidéo / un temps d’échange / une 2nde vidéo / un nouveau temps d’échange… les talks présentés pouvant différer chez les hommes et chez les femmes. Bien sûr, il y a des sujets avec lesquels les détenus ont bien accroché, d’autres moins. Mais l’important ait qu’il y ait eu beaucoup d’échange et donc d’expression. Les débats ont été intenses, certaines idées ont été très bien accueillies et d’autres moins, suscitant parfois des discussions animées. C’est pour nous un véritable succès !

La faute de l’orthographe – Vidéo présentée au centre pénitentiaire de Rennes-Vezin

Y aura-t-il une suite à ce projet ? 

Il y en aura et il y en a déjà eu. En effet, le talk La faute de l’orthographe, présenté aux détenus de Rennes-Vezin, a suscité pas mal de débat durant l’atelier, mais a aussi inspiré un détenu par la suite. Il a adressé, quelques semaine après,  un courrier à Régis et Fanny dans lequel il réinventait à son tour l’orthographe. Il a rebondi sur ce qu’il avait vu et y a trouvé une source d’amusement et d’inspiration pour écrire ce texte. C’est très encourageant ! C’est la preuve très concrète que suite à ces temps d’échange, les discussions et les réflexions se poursuivent et les choses bougent, à très court terme mais aussi potentiellement à plus long terme, à leur sortie.  Et puis à moyen terme, le projet va se poursuivre. Nous aimons considérer les nouveautés que nous proposons comme des “galops d’essai”. Cela permet à nos partenaires de découvrir le fonctionnement du milieu carcéral (les délais pour les pièces d’identité, par exemple) ainsi que le public auquel ils s’adressent. Ainsi, ils peuvent adapter les prochains contenus et proposer de nouvelles choses. Je suis certaine que cette première expérience va donner beaucoup d’idées à l’équipe de Bretagne ID Large pour de prochains ateliers. Sans perdre de vue une idée à plus long terme : pourquoi ne pas imaginer un TEDx carcéral ?    

 

Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site de la Ligue de l’Enseignement

Share Button